Blason Colonna Walewski Vous êtes ici : Accueil > Personnalités > Généalogie > Armorial > Carte de visite d'Alexandre Colonna Walewski
En ligne directe de Napoléon
Recherche
Patrimoine Charles-André Colonna Walewski
Personnalités
Généalogie
Arbre généalogique
Armorial
Chapelles de famille
Napoléon Ier
Portraits et statues
Lettres de Napoléon à Marie
Autres lettres de Napoléon
Objets lui ayant appartenu
Masques mortuaires
Marie Walewska
Souvenirs et portraits
Autographes de Marie
La maison Walewska
Dotation de Naples
Alexandre Walewski I
Portraits
Le Congrès de Paris, 1856
Décorations
Correspondance
Rachel
Rachel et la Comédie
Portraits
Admirateurs
Documents de famille
Lettres de Rachel
Objets lui ayant appartenu
Alexandre Walewski II
 

Collections
Documents
Lettres patentes
Lettres
Cachets
Livres
Art
Tableaux
Dessins et lithographies
Miniatures et médaillons
Sculptures
Meubles et objets
Tables, chaises et fauteuils
Arts de la table
Pendules et chandeliers
Exotisme
Matériaux
Bronze
Porcelaine
Mobilier et objets en métal
 
Précédent Retour Suivant 
Carte de visite d'Alexandre Colonna Walewski

 
Collection comte Charles-André Colonna Walewski ; droits réservés.
Lieu : Angleterre
Époque : 1824-1830
Lien :  Alexandre Walewski I

Cette carte de visite d'Alexandre, Ier comte Colonna Walewski a certainement été gravée en Angleterre entre 1824 et 1830. Il est logique que ne figurent pas encore les ordres appendants de la Virtuti Militari (dont il fut récipiendaire en 1831) ni de la Légion d'honneur (reçue sous la monarchie de Juillet pendant la conquête de l'Algérie). Le style de l'écu est typiquement anglais et gothic-revival.

Quant aux lambrequins, non seulement ils évoquent des feuillages, mais encore répondent-ils aux précautions et à la courtoisie qu'observent un résident qui possède un titre étranger : sachant que le Royaume-Uni possède ses propres coutumes relatives aux tenants, soutiens ou supports, l'étranger fait usage de lambrequins afin d'éviter toute confusion avec des écus enregistrés par les hérauts d'armes du royaume.

À l'époque romantique se répand l'usage du lion issant de la couronne, coquetterie qui permet de se réclamer d'ancêtres chevaliers des croisades. Les lignées normandes étant éteintes outre-Manche, il est possible qu'Alexandre ait voulu rendre hommage à ses propres ancêtres qui se sont illustrés au siège de Vienne. La mode européenne du lion issant donne une épée droite et non une lame courbe. Ce cimeterre typique de l'emblématique anglaise se trouve toujours sur les insignes militaires à partir du grade de brigadier général.

Philippe Lamarque,
docteur en théologie, docteur en droit, docteur ès lettres

Précédent Retour Suivant 
 
© 2017 Comte Charles-André Colonna Walewski Droits de reproduction et Contact ¦ Liens et Remerciements ¦ Bibliographie