Blason Colonna Walewski Vous êtes ici : Accueil > Collections > Documents > Cachets > Cachet provenant de la famille Colonna Walewski
En ligne directe de Napoléon
Recherche
Patrimoine Charles-André Colonna Walewski
Personnalités
Généalogie
Arbre généalogique
Armorial
Chapelles de famille
Napoléon Ier
Portraits et statues
Lettres de Napoléon à Marie
Autres lettres de Napoléon
Objets lui ayant appartenu
Masques mortuaires
Marie Walewska
Souvenirs et portraits
Autographes de Marie
La maison Walewska
Dotation de Naples
Alexandre Walewski I
Portraits
Le Congrès de Paris, 1856
Décorations
Correspondance
Rachel
Rachel et la Comédie
Portraits
Admirateurs
Documents de famille
Lettres de Rachel
Objets lui ayant appartenu
Alexandre Walewski II
 

Collections
Documents
Lettres patentes
Lettres
Cachets
Livres
Art
Tableaux
Dessins et lithographies
Miniatures et médaillons
Sculptures
Meubles et objets
Tables, chaises et fauteuils
Arts de la table
Pendules et chandeliers
Exotisme
Matériaux
Bronze
Porcelaine
Mobilier et objets en métal
 
Précédent Retour Suivant 
Cachet provenant de la famille Colonna Walewski

 
Collection comte Charles-André Colonna Walewski ; droits réservés.
 
 

Matériau : ivoire, métal doré
Époque : vers 1848
Lien :  Alexandre Walewski I

L'écu blasonne d'azur à la colonne d'argent couronnée d'or, à la couronne de comte au lion issant.

L'épée droite permet d'exclure l'origine anglaise de l'objet; elle s'inscrit plutôt dans la mode des familles issues des chevaliers croisés. Cependant, le lion regarde à senestre, ce que l'on peut attribuer à une erreur du graveur ou à une requête délibérée du commanditaire.

La silhouette d'écu évoque le style typiquement néo-médiéval. Remontant au début du XIXe siècle, cette mode s'empare en particulier des pièces de pouce en argent gravées au chiffre sur de nombreuses armes à feu de luxe : il s'agit dans ce cas d'un objet de la taille d'un pièce de monnaie. Lorsqu'il s'agit d'un objet de la taille de la paume de la main, ladite plaque d'agent massif est inventée par Nicolas-Noël Boutet, directeur-artiste de la manufacture de Versailles. Ainsi, les plus connus et célèbres de ces écus aux flancs arrondis du chef vers la pointe, dans le genre du XIIe siècle, se trouvent sur les crosses des armes d'honneurs antérieures à la fondation de la Légion d'honneur ; il n'y a pas de meuble héraldique dans ces écus, mais des inscriptions en taille douce, en plain et délié. Toutefois, les artistes français ne détiennent pas le monopole de ces écus de style italien de la Renaissance. Il se peut que l'objet ait été manufacturé en Italie : nihil obstat.

Cet objet peut dater du séjour à Florence vers 1848. Manche d'ivoire tourné, chaton de métal doré, intaille rouge.

Philippe Lamarque,
docteur en théologie, docteur en droit, docteur ès lettres

Précédent Retour Suivant 
 
© 2017 Comte Charles-André Colonna Walewski Droits de reproduction et Contact ¦ Liens et Remerciements ¦ Bibliographie